« La Halle » de Julien Syrac, son premier roman, aux Editions La Différence

Puissant premier roman, La Halle de Julien Syrac est une fable contemporaine, réaliste et endiablée, qui raconte la cohabitation laborieuse d’hommes et de femmes ordinaires et attachants dans une halle, un marché couvert où ils viennent travailler, boire, manger, s’épancher et tenter de rêver.

Puis un jour cet équilibre bascule avec la vente de son premier étage, occupé par un peintre idéaliste, à un supermarché végétarien.

Au-delà du portrait d’un microcosme archaïque, celui des hommes au travail, c’est le récit du crépuscule d’un homme, Fouad le peintre, le dernier idéaliste de la Halle. Il sera la victime de ce qu’on appelle progrès. Mais au procès du sacrifice il n’y a ni coupables, ni accusés, car c’est la Halle seule, ce Moloch, qui fait et défait les destins des enfants qu’on lui jette. Et qui aura le courage d’abattre la bête ?

Livre sur la rupture des équilibres fragiles et la fin d’un monde, ce premier roman dépeint des gens ordinaires à travers le regard désabusé d’un vendeur de saucissons combinard et amoureux de la libraire de la Halle, petit employé parmi d’autres mais figure centrale du livre.

Il est l’ami du peintre et chronique ces journées où tout s’accélère. La Halle révèle ses secrets de boutique, rivalités, hiérarchies, peurs et espoirs, et toute la variété de sa faune, si terriblement humaine, dans l’attente d’une « surprise » promise par le peintre.

DEJA DE BONS RETOURS :

« La Halle, c’est la vie qui grouille de partout, c’est l’étal de saucissons, l’épicerie, le café, la librairie…, c’est tout ce petit monde qui y travaille ou qui vient y flâner, c’est la galerie d’Art au-dessus qui va bientôt laisser la place à un supermarché végétarien. C’est cet évènement, source d’inquiétude pour tous les « habitants » de la Halle qui est au coeur de ce premier roman attachant, émouvant, souriant. C’est que du bonheur, du bonheur, du bonheur ! » – Juliette Lecoeur, Librairie Montbarbon, Bourg en Bresse

« Écriture maîtrisée, style ciselé, regard sans concession, autant de qualités qui font de ce texte brillant un livre qui marquera ses lecteurs – « Géraldine Guiho, Librairie « La buissonnière », Yvetot

 « Pour un premier roman c’est plutôt remarquable! J’ai beaucoup apprécié le ton plein d’ironie qui est employé. Ce vendeur de saucisson est un fin observateur du milieu dans lequel il évolue : son employeur n’est malheureusement pas une parodie! La réalité du commerce est finement relatée tout en humour !  » – Valérie Bethan, Librairie La Cité du vent, St Flour

« Une humanité tout aussi flamboyante que celle que l’on découvre dans la «Ronde de nuit» de Rembrandt, à condition de prêter l’œil » – Nicolas Gruszkiewicz, Librairie L’Esperluète, Chartres

A PROPOS DE Julien SYRAC :

Né en 1989, Julien Syrac, après des études de sciences humaines, a vécu à Paris, à Istanbul, à Stockholm et à Berlin, villes dans lesquelles il a exercé divers petits métiers.

Il écrit depuis plusieurs années de la prose et de la poésie, traduit depuis plusieurs langues et à ses heures perdues, dessine et peint.

La Halle est son premier roman.

A noter qu’il est le traducteur du livre Le silence même n’est plus à toi d’Asli Erdogan, paru récemment chez « Actes sud ».

Genre : Roman – Format : 13 x 20 – Pages : 208 – Prix : 16 € – Collection : Littérature ISBN : 978-2-7291-2308-6

 Paru depuis le 2 mars 2017

REAGISSEZ :

commentaires